PARTAGER

Le désormais ex-entraîneur du CA Bordj Bou Arréridj Liamine Bougherara a reconnu hier que sa décision de quitter à la surprise générale le club à deux jours d’un match crucial face à son ancien club l’AS Ain M’lila pour l’accession , «n’était pas professionnelle», expliquant que sa démission était liée à des raisons «purement personnelles».

«Je sais que ma démission n’est pas professionnelle. Laisser tomber l’équipe à un moment crucial de la saison et à deux jours d’un match décisif pour l’accession est difficile à prendre. Mais j’ai subi des pressions énormes du moment que je suis un enfant d’Ain M’lila, qui m’ont poussées à jeter l’éponge. Je ne pouvais continuer. Je pense que j’ai évité le pire», a affirmé à l’APS Bougherara.

L’ancien gardien de but international a démissionné de son poste, alors que son équipe restait sur trois victoires de rang. Le match ASAM (2e, 51 pts) – CABBA (3e, 50 pts) prévu vendredi au stade d’Ain M’lila à huis clos est décisif pour l’accession.

«Les dirigeants du CABBA étaient compréhensifs vis-à-vis de ma décision. J’ai démissionné à contrecœur, c’est désolant de voir tout un travail que j’ai accompli avec les joueurs depuis juillet dernier partir en fumée, mais je n’avais plus de choix», a-t-il ajouté. Et d’enchainer : «Je souhaite vivement l’accession du CABBA et de l’ASAM, les deux équipes méritent amplement d’accompagner le MO Béjaïa en Ligue 1», a-t-il conclu.

Selon une source proche du club, cité lundi par l’APS, Bougherara avait «cédé aux grandes pressions exercées sur lui par les supporters de sa ville natale Ain M’lila» qui, «sont allés jusqu’à le menacer d’agresser les membres de sa famille».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here