PARTAGER

L’ES Mostaganem, leader incontesté de la Division nationale amateur (groupe Ouest) fait face à une grave crise financière qui a poussé les joueurs et le staff technique à enclencher une grève depuis lundi.

L’ESM, qui a mis un pied en Ligue 2 grâce à ses 16 points d’avance sur le dauphin le CRB Aïn Oussera, risque ainsi d’être freiné dans son élan à cause de ses interminables problèmes financiers.

Le président du club, Charef Bencheni avait, à maintes reprises, déploré l’absence de toute forme d’aide de la part des autorités locales ainsi que les industriels de la ville, non sans brandir la menace de jeter l’éponge.

Ce responsable s’est dit d’ailleurs incapable de continuer à subvenir seul aux besoins de sa formation, malgré une aide de l’ordre de 10 millions de dinars qu’avait débloquée, il y a quelques semaines, le wali.

Aux yeux de Charef, cette aide demeure insuffisante au vu des charges de l’équipe qui a démarré la phase retour tambour battant en allant s’imposer sur le terrain du SCM Oran, samedi passé pour le compte de la 16e journée.

Il faut dire que l’entraîneur Mokhtar Assas et ses joueurs se sont montrés, dans des déclarations à la presse, tous solidaires avec leur direction, estimant que la balle est désormais dans le camp des autorités locales, contraintes d’intervenir pour éviter des lendemains incertains à leur club.

A Mostaganem, où l’on se prépare à réceptionner le stade olympique, un véritable bijou, qui a subi depuis près de deux années des travaux de réaménagement et de rénovation, l’on espère que la joie de la montée en Ligue 2 qui se profile à l’horizon ne soit pas gâchée par cette crise financière qui risque de tout remettre en cause. Certes, l’écart séparant l’ESM de ses proches poursuivants est sécurisant, mais le championnat est encore long, puisqu’il reste encore pas moins de 14 journées à disputer.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here