PARTAGER

À quelques jours seulement du coup d’envoi de la nouvelle saison footballistique, c’est le statut quo concernant les 15 clubs dont les dettes envers d’anciens joueurs et (ou) entraineurs dépassent un milliard de centimes et qui par ricochet, sont interdits de recrutement.

Pis, le président de la LFP, Abdelkrim Medouar, nous apprend que le montant global des dettes en question avoisine les 50 milliards de centimes. Un chiffre ahurissant qui pousse à se poser beaucoup de questions.

Dans la foulée, le patron de la LFP persiste et signe qu’il n y aura désormais aucune concession de la part de son instance dans ce registre. Autrement dit, les clubs concernés, dont huit évoluant en Ligue 1, n’auront pas les licences de leurs nouvelles recrues, avant qu’ils n’apurent leurs dettes.

«Ce sont les instructions du bureau fédéral, et en tant que LFP, nous sommes tenus d’appliquer rigoureusement ses décisions. Le président de la Faf a fait savoir que sa structure avait à deux reprises reporté l’application de cette sentence, mais rien n’a été fait par les clubs, au point où leurs dettes sont en nette augmentation. Il ne reste désormais plus aucun autre choix que d’obliger les clubs concernés d’assainir leurs situations financières, et mieux vaut le faire maintenant avant que les choses n’empirent », a expliqué Medouar.

Tout indique donc que nombreux seront les clubs qui seront contraints de recourir à des joueurs de leurs équipes réserves pour commencer le championnat. Medouar lui-même est catégorique sur ce sujet : «aucune licence des nouvelles recrues des clubs endettés ne sera délivrée avant que les concernés ne s’acquittent de leurs dettes ou trouvent un terrain d’entente avec les joueurs qui réclament leur argent.

C’est dire que ces clubs seront dans l’obligation de recourir aux services de leurs joueurs réserves ou ceux de la saison passée qui n’ont pas changé d’air». Et quand on sait que la majorité des clubs endettés ont recruté plus de dix joueurs chacun, on peut s’attendre à ce qu’ils soient en difficultés dès le début de saison. Les matchs concernés ne seront ainsi donc pas équilibrés, ce qui devrait favoriser les équipes disposant de la totalité de leur effectif.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here