PARTAGER

La sélection nationale est la deuxième plus mauvaise défense, à l’issue de la cinquième journée des éliminatoires de la Coupe du Monde de 2018 clôturée dimanche soir, traduisant ce malaise profond qui touche les « Verts » depuis le Mondial-2014.

Pointée souvent du doigt, l’arrière garde algérienne a concédé 10 buts en cinq matchs dans ces qualifications, desquelles elle est hors course depuis déjà la quatrième journée.

Une moyenne de deux buts donc encaissés à chaque match du groupe B, où l’équipe nationale demeure la seule formation à n’avoir remporté aucune rencontre, et c’est en toute logique d’ailleurs qu’elle ferme la marche de la poule avec un seul point au compteur.

Samedi, les coéquipiers du gardien, Raïs M ‘Bolhi, ont de nouveau chuté après leur défaite face au Cameroun (2-0) à Yaoundé. Il s’agit de leur quatrième échec de rang dans ces éliminatoires, après avoir perdu également face au Nigeria (3-1) et la Zambie (3-1 et 1-0). Lors de la première journée, ils avaient fait match nul à domicile devant le Cameroun (1-1).

L’attaque algérienne n’est pas mieux nantie que sa défense. Les statistiques montrent d’ailleurs que le secteur offensif, qui constituait jusque-là la force de frappe des « Verts », n’a inscrit que trois buts en cinq matchs. Il a fait mieux que trois autres formations des 20 présentes dans cette phase de poules, à savoir le Mali (1 but), l’Ouganda et le Gabon (2 buts chacun).

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here