PARTAGER

La sélection algérienne a terminé les éliminatoires du Mondial-2018 comme elle les avait débutées, c’est-à-dire avec un nul contre le Nigeria, un nul qui n’a pas été suffisant pour sauver l’honneur. Pis, les Verts ont failli battre un triste record avec cinq défaites de rang, n’était le but marqué par Brahimi dans les derniers instants de la partie, de surcroît sur un penalty.

Ce qu’il faudra justement retenir du parcours des Verts dans ces éliminatoires est ce fait inédit : ils étaient quatre entraineurs à défiler à la barre technique du ‘’Club Algérie’’ pendant les six matchs de cette étape.

Voilà qui renseigne d’une instabilité inhabituelle dans le camp algérien, rendant très logique cette élimination sans gloire des coéquipiers de Mahrez, alors qu’ils étaient donnés pour accéder au rendez-vous planétaire de la Russie pour la troisième fois de rang et la cinquième dans l’histoire du football algérien.

Il faut dire que malgré tous ces changements intervenus au niveau du staff technique, les matchs se suivent et se ressemblent. Contre le Nigeria, et même si l’adversaire du jour était très amoindri, les joueurs de l’équipe nationale se sont montrés une nouvelle fois impuissants.

Pourtant, l’entraîneur national, Rabah Madjer, et pour sa première sur le banc algérien qu’il retrouve après 14 ans de son éviction lors de son deuxième passage comme coach des Fennecs, s’est dit satisfait de la prestation des siens, allant jusqu’à louer leur mérite pour avoir réussi à accrocher le Nigeria.

«Franchement, j’aurais aimé dédier une victoire au public algérien, notamment les supporters qui ont pris d’assaut les tribunes du stade de Constantine, mais c’était très difficile de le faire contre une très bonne équipe nigériane.

Malgré cela, mes joueurs ont fait preuve d’une grande volonté, malgré la conjoncture très difficile que traverse l’équipe nationale. Et même s’il s’agit d’un adversaire de taille, j’ai pris le risque d’aligner des joueurs qui ne sont pas habitués à ce genre de rendez-vous. Cela dit, je pense qu’il s’agit d’un début encourageant en se référant à cette hargne de vaincre retrouvée chez nos joueurs qui nous permet d’aborder avec optimisme l’avenir de cette équipe. On va donc continuer à travailler durement pour redonner à la sélection son lustre d’antan», a déclaré Madjer en conférence de presse d’après-match.

Le coach national a profité de l’occasion pour défendre le gardien, Fawzi Chaouchi, qui retrouve à son tour l’équipe algérienne après plusieurs années d’absence, surtout après que le portier du MCA ait passé une sale soirée au regard des insultes dont il a fait l’objet de la part du public. à son propos, Madjer persiste et signe qu’il s’agit de l’un des meilleurs gardiens en Algérie, et que le but encaissé d’un tir lointain ne remet guère en cause ses capacités, car même les meilleurs portiers du monde encaissent des buts.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here