CLASSEMENT LIGUE 1

DE2

CLASSEMENT LIGUE 2

Groupe Centre-Est

DE2

Groupe Centre-Ouest

DE2

mercredi, avril 24, 2024
A la Une

Ligue 1 : Les clubs en colère à cause des droits TV

Ligue 1 : Les clubs en colère à cause des droits TV

Comme déjà rapporté dans ces mêmes colonnes, ils sont plusieurs clubs de l’élite à être interdits de recrutement lors du mercato hivernal. Deux d’entre eux, en l’occurrence, le MC Alger et l’ES Sétif, ont réussi à régler leurs dettes envers la CNRL alors que les autres sont toujours bloqués.

Les formations concernées ont souhaité apurer une partie des dettes en question en s’engageant à se désister de leur quote-part des droits TV, comme ils ont l’habitude de faire, mais pour cette fois-ci, la LFP s’est montrée intransigeante, rejetant catégoriquement cette option.

Mais ce que certains ne le savent pas, c’est que les clubs de ligue 1 n’ont pas reçu de droits TV depuis 2020 ( Saisons 2020-2021/ 2021- 2022/ 2022- 2023). Un véritable préjudice pour ces clubs, selon leurs dirigeants, même si pour les formations qui sont parrainées par des sociétés, cela ne devrait pas poser vraiment un problème mais pour le reste (la majorité), c’est un manque considérable.

Pourtant, ça fait déjà près de trois ans que l’Entreprise publique de télévision (EPTV) a renouvelé son contrat avec la LFP et qui lui permet la retransmission exclusive des rencontres du championnat de la Ligue 1.

L’EPTV avait acquis les droits exclusifs de la diffusion des rencontres de ce championnat, après avoir évoqué, entre les deux parties, le dossier de la régularisation des droits TV en suspens et qui concernent les deux exercices d’avant.
À ce titre, le DG de l’EPTV avait rassuré le boss de la LFP que le dossier en question était en traitement au niveau du ministère des Finances. Il a pris d’ailleurs quelques temps avant qu’il soit réglé, puisque l’EPTV a réussi à régler les dettes des deux années en question.

Mais depuis, aucun sou n’a été viré dans les comptes bancaires de la LFP portant un énorme préjudice aux clubs de l’élite, qui ne cessent de crier leur ras le bol, en vain. Rien ne se profile aussi à l’horizon au sujet des dettes liées aux trois derniers exercices au grand dam des présidents des clubs de l’élite.

Laisser une Réponse