Footalgerien.com

Mondial-2022 : La leçon saoudienne…

Mondial-2022 : La leçon saoudienne…

L’équipe nationale saoudienne nous a donné plusieurs leçons dans l’épopée du stade Lusail où elle a réussi à battre l’un des candidats en force pour le titre planétaire.

Ces leçons ne se limitent pas dans le fait d’avoir rendu une prestation de premier ordre qui a ébloui tout le monde, ou d’avoir créé une grosse surprise à laquelle personne ne s’attendait, ou d’avoir aussi mis un terme à une belle série d’invincibilité d’un adversaire qui n’était qu’une seul match pour égaler le record de l’Italie, invaincue en 38 matchs.

Il s’agit plutôt de travailler et de persévérer dans le travail, de procéder à la mise en œuvre d’un projet significatif avec une vision future. Combien de défaites ont subi les Saoudiens, et combien de coups très durs ont-ils reçus, et combien de fois ont-ils quitté sans gloire les grandes compétitions.

Malgré cela, ils n’ont pas cessé de travailler et ont continué d’essayer, et chaque fois ils ont essayé de ne pas retomber dans les mêmes erreurs, de s’améliorer à tous égards et de rechercher des voies de développement et de progrès sous la supervision de staffs complémentaires et organisés.

Nous devons bien savoir que le succès ne viendra pas sans un travail continu, et le progrès ne se fera pas sans des tentatives continues. Celui qui se satisfait de ses réalisations passées, et celui qui baisse les bras après chaque échec, il ne marchera jamais sur le chemin du succès.

On peut les voir vaincus, mais on les verra par la suite travailler dur pour se racheter. On peut passer par des moments de faiblesse, mais on doit à tout moment se remettre vite en cause, et surtout retrousser les manches et viser toujours plus haut, sans se soucier de tel ou tel adversaire.

La belle leçon saoudienne en ce début du Mondial devrait nous interpeller pour cesser nous moquer des autres qui nous ont devancé au prix du travail, parvenant à signer des présences permanentes dans les grands rendez-vous footballistiques planétaires, tout en hissant le niveau de leur championnat local devenu un véritable réservoir de talents ayant tenu la dragée haute à Messi et aux autres stars de l’Argentine.

Il ne faut pas omettre aussi de souligne le rôle joué par l’entraineur Hervé Renard, passé il y a quelques années par l’USM Alger et qui nourrissait de grosses ambitions pour diriger un jour la sélection algérienne avant qu’il ne soit confronté au véto de l’ancien patron de la FAF, Mohamed Raouaroua qui lui avait préféré le Belge, Leekens, avec le résultat que tout le monde connaît lors de la CAN-2017.

Related posts

Ligue 1 (11e journée – Acte II) : La JSK s’enfonce, l’USMK sur le podium

B. Elias

Équipe nationale : Quels attaquants face au Mali et la Suède ?

Abderrahim A.

AC Ajaccio : Belaïli buteur et passeur face à Nantes

Abderrahmane B.

Laisser un commentaire"